Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins de Nouvelle-Aquitaine


Comité Régional des Pêches Maritimes et
des Elevages Marins de Nouvelle-Aquitaine





Comit� r�gional des p�ches et des �levages marins de nouvelle aquitaine
Filire Pche Aquitaine
Les principaux circuits de commercialisation de la pche en Aquitaine

Les circuits de commercialisation :
L'organisation des marchés

 

Le circuit de commercialisation

Espace video de la pche en Aquitaine

> CRIEE DE SAINT JEAN DE LUZ / CIBOURE

> CHEZ LE POISSONIER

La première vente des produits de la pêche a principalement lieu en criée, appelée également halle à marée. Les produits y sont débarqués puis triés selon des normes très précises :
espèce, catégorie de taille, présentation (entier, vidé, en filet) et qualité (Extra, A, B, …) et conditionnés en salle réfrigérée en attendant la vente.


Cette vente en criée s’effectue aux enchères qui, si elles s’effectuaient autrefois à la voix, sont réalisées aujourd’hui de manière électronique (vente informatisée) dans toutes les criées françaises. Seuls des acheteurs professionnels, poissonniers, mareyeurs ou grossistes agréés par la criée où s’effectue la vente peuvent y participer.

Les enchères sont descendantes puis ascendantes en cas d’offre simultanée, le produit revenant au meilleur offrant. Un produit qui ne trouve pas preneur est retiré de la vente. Il entre alors dans des circuits réservés aux invendus (retrait ou report) financés par les organisations de producteurs : dons à des œuvres caricatives, vente pour une consommation non humaine (chien et chat), transformation avant une nouvelle commercialisation, …


Il y a 2 criées en Aquitaine, l’une au port d’Arcachon, l’autre au port de Saint-Jean-de-Luz / Ciboure :

La crie de Saint Jean de Luz et CiboureLa criée de Saint-Jean-de-Luz / Ciboure dans le département des Pyrénées-Atlantiques avec une quarantaine d’acheteurs et des apports (produits débarqués) en 2005 de 6 636 tonnes d’une valeur de plus de 16,6 millions d’euros. En tonnage, les trois premières espèces qui y sont débarquées sont le thon germon (2 208 t), le maquereau (1 486 t) et le thon rouge (530 t). En valeur, les trois premières espèces sont le thon germon (4,3 millions d’euros), l’anchois (3,3 millions d’euros) et le thon rouge (1,7 millions d’euros).

La crie d'ArcachonLa criée d’Arcachon dans le département de la Gironde avec une trentaine d’acheteurs et des apports qui se sont élevés en 2005 à 2 561 tonnes d’une valeur de 15,3 millions d’euros. En tonnage, les trois premières espèces qui y sont débarquées sont la sole (578 t), la seiche (303 t) et le céteau (254 t). En valeur, les trois premières espèces sont la sole (7,1 millions d’euros), le céteau (1,3 millions d’euros) et le bar (1,1 millions d’euros).


Après cette première vente en criée, les produits de la pêche achetés par les poissonniers détaillants sont commercialisés auprès des consommateurs.
Les produits achetés par les mareyeurs ou grossistes sont commercialisés en état ou après transformation auprès d’autres acheteurs :
:: autres mareyeurs ou grossistes,
:: transformateurs,
:: poissonniers,
:: collectivités,
:: grandes surfaces, …


Cette vente à la criée n’est pas l’unique mode de première vente des produits de la pêche. La vente peut en effet se faire de gré à gré entre pêcheurs et acheteurs.

Certains pêcheurs ou les membres de leur famille peuvent aussi vendre directement leurs poissons sur le quai ou sur des marchés. En Aquitaine, ces ventes hors criée sont pratiquées notamment dans les estuaires de la Gironde et de l’Adour, dans les ports de Capbreton, de Bayonne ou du bassin d’Arcachon. Plus difficiles à quantifier, ces ventes hors criée ont été estimées en 2003 pour les seules pêches estuariennes de la Gironde et de l’Adour à environ 650 t d’une valeur de l’ordre de 7,5 millions d’euros.


Mentions Légales - Une réalisation Webplanete.com